L’Église contre la loi

Nous apprenons que l’Église a couvert plus de 216.000 actes de pédophilie en son sein depuis 70 ans. Pourquoi ?

Parce que l’Église ne veut dialoguer qu’avec Dieu. N’ayant toujours pas digéré la séparation de l’Église et de l’État, cette dernière refuse de se soumettre à la loi. Ce serait reconnaître une autre autorité que celle de la loi divine. Pour cette sainte institution, l’acte pédophile n’est pas un délit mais seulement un péché. Il s’agit alors d’un problème de conscience qu’il n’est pas nécessaire de dévoiler sur la scène publique. Le Père voit tout et le Jugement Dernier agira en son temps. La Justice française ne va pas doubler l’action divine.

On pourrait alors rétorquer à l’Église que son inaction laisse des enfants innocents en pâture à des prédateurs sexuels. Mais protéger les enfants serait pour elle entrer dans la sécularisation, cette triviale immersion dans la réalité temporelle. L’Église vit sur l’éternité, non dans le vulgaire court terme.

D’accord, mais pourquoi alors autant d’atteintes à la pudeur dans la Maison de Dieu ? C’est normal. L’Église est un lieu de purification. Elle attire des brebis galeuses qui souhaitent trouver, dans la prière, un contrepoids à leurs mauvais penchants.

O.K. Mais la sécurité qu’offre l’épaisseur des murs, le silence des évêques, la démission des responsables ne sont-ils pas une facilitation des viols sur mineurs ? Certainement. Mais que celui qui n’a pas péché jette aux curés la première pierre. Dans leurs grandes humilités, les prélats se reconnaissent pécheurs. Ne voulant pas être jugés, ils ne jugent point. Ils laissent le Juge Suprême opérer à l’intérieur même de la conscience du coupable.

Nous leur dirons que c’est quand même trahir les enfants que de les laisser sans défense dans ce coupe-gorge religieux. Oui, mais Dieu a voulu l’homme libre. Ce n’est pas l’Eglise qui va s’opposer à cette liberté en empêchant le péché. Son rôle est d’éclairer, pas de contraindre.

EGLISE ET PEDOPHILIE

Il n’y a donc aucune sécurité dans l’Église ? Aucune pour les enfants, mais une vraie protection pour les prêtres pédophiles. Pourquoi ? Parce que l’Église protège ses curés contre la loi, cette rivale. Défendre la suprématie de la loi de Dieu sur celle de la nation a un prix. Ce sont les enfants qui le paient. C’est injuste ? Heureux ceux qui subissent l’injustice. Ce sont eux qui seront sauvés.

Nous continuons cependant à nous étonner que le risque d’abus sexuel soit deux fois supérieur dans l’Église que dans la famille. Et alors ? Ça montre que l’Eglise est une grande famille.

Jean-Luc Coudray

Narration : Félix Lobo
Autres articles de ce numéro
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements