Le nouveau confinement

Lors de la première vague du covid19, Macron ne prenait aucune décision sans l’aval du professeur Delfraissy, big boss du conseil scientifique. Le pouvoir politique était délégué aux médecins dans l’objectif de sauver le maximum de vies humaines. Mais ça, c’était avant…

Macron acceptait de se mettre en retrait pour une bonne raison : en cas d’échec, il pourrait accuser Delfraissy d’avoir fait les mauvais choix. Ainsi, Macron cita le conseil scientifique quatre fois le 12 mars à la télé lorsqu’il permit d’organiser le premier tour des élections municipales – ce qui était une grosse connerie !

Et Macron de citer cinq fois le conseil scientifique le 16 mars lors de l’annonce du premier confinement. Le fameux « quoi qu’il en coûte » était la formule magique sensée calmer les angoisses des Français, du moins sur le plan financier. Mais cette formule n’était pas destinée à durer… Problèmes : le virus mute et empire, la vaccination patine, et certains hôpitaux sont débordés. La France oscille depuis entre confinements et couvre-feux, ce qui tue lentement mais sûrement des secteurs entiers de notre économie.

NOBLET 67 Mars

Le lobbying exercé par le MEDEF a eu la peau du second confinement, puisque les écoles et les entreprises sont restées ouvertes en novembre 2020. Les scientifiques ont commencé à se battre sur les chaînes d’info, avec des « anti-confinement » virulents. Pour rappel, Yonathan Freund promettait « qu’il n’y aura pas de deuxième vague ». Jean-François Toussaint affirmait « qu’il n’y avait aucun lien entre l’importance du confinement et la réalité de la mortalité. ». Laurent Toubiana était persuadé que « l’épidémie est dernière nous ». Pour Michel Cymes, le covid19 « reste une maladie virale comme on en a tous les ans. ». Enfin, on a atteint le sommet avec Didier Raoult, qui devait nous sauver avec ses merdes chloroquinées !

Pour Macron, voir les scientifiques divisés était une aubaine. Delfraissy alerta le président et l’opinion le 24 janvier 2021 pour demander un troisième confinement :  « Il y a urgence […] Plus on prend une décision rapide, plus elle est efficace et peut être de durée limitée. On est dans une semaine un peu critique. ». Mais le président n’avait d’oreille que pour le MEDEF. Le 17 février 2021, des fuites dans la presse indiquèrent que la boussole d’hier est devenue un boulet : « J’en ai marre de ces scientifiques qui ne répondent à mes interrogations sur les variants que par un seul scénario : celui du reconfinement. ». Le mépris de Macron va jusqu’à l’insulte qui aurait été proféré via un SMS adressé à Olivier Véran : « ces connards du conseil scientifique ! » (Le Point).

Les « connards » ont indiqué à la presse qu’ils avaient communiqué trois avis au gouvernement depuis la publication du dernier en date, le 19 janvier 2021. Il est clair qu’au vu des mauvais chiffres de l’épidémie, ils préconisaient toujours le reconfinement… Comme par hasard, aucun avis n’a été publié à ce jour sur le site du ministère de la Santé. Et Delfraissy, que devient-il ? Il a été puni d’une « cure de silence », autrement dit censuré. Un ministre se lâcha « en off » contre Delfraissy : « Qu’il s’applique le confinement à lui-même ! » (L’Obs). Et Christophe Castaner d’ajouter : « La place du médecin n’est pas forcément de faire la tournée de tous les plateaux télé. ». Pour mettre en minorité Delfraissy et ses « connards », Macron a imposé au conseil scientifique de nouveaux membres le 18 février 2021, dont une pédopsychiatre, « message très fort qui montre l’intérêt majeur porté […] à tous ceux, éprouvés psychologiquement par cette pandémie qui dure. » (Libération). Autrement dit, le but principal du conseil scientifique n’est plus de préserver les vies, mais de veiller au moral des Français ! Comme on est tristounets quand on est enfermés chez nous, hop : les « connards » nous ont préparé un pseudo-confinement le 20 mars 2021 où on peut bosser, consommer, se balader jusqu’à 10 KM de chez nous, et mieux encore : le couvre-feu a été décalé de 18 à 19 heures ! Et le covid-19 de dire « merci les conna… heu… le conseil scientifique » !

Le Marteau

Narration : Mélaka
Autres articles de ce numéro
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements

La course vers Mars

Jean-Luc Coudray
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements
Ce contenu est réservé à nos abonnés
Voir les abonnements